Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog poesielavieentiere
  •   le blog poesielavieentiere
  • : À travers une poésie lyrique et engagée, il me semble urgent de témoigner de l'importance d'une parole profonde, vive et dense incarnée dans la vie de tous les jours en accord avec nos actes, afin de pallier l'absence à vivre de trop d'humains se satisfaisant de vivre tels des fantômes dans cette vie...Témoigner à partir de l'amour, de la mémoire, de l'innocence à vivre, au nom des peuples humains et animaux disparus et actuellement vivants, en peine d'harmonie.
  • Contact

Recherche

31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 22:55

 

 

 

Entre les forêts de tes bras
Mon coeur bat
Comme mille nids ensemble
Tu libères mes oiseaux
Tu tresses mes ruisseaux
La tendresse voit le jour
Que de jeux enfantins sous les branches !
L’écume des feuillages embrasse
Les plages bleu azur
Les orbes des fougères ont
Des gestes caressants
Promesses de jardins lunaires
Nuits et jours font l’amour
A la croisée des chemins
Tout se tient
Les longues pluies de tes cheveux
Abreuvent la terre sèche
Chaque arbre a un visage
Un éventail de langages
Qu’un seul de tes regards
Ravive, O Femme, O forêts étoilées
De ta présence retrouvée !
O enflamme ma bouche
De tes ongles peints
En brassées de roses !
Inonde mes confins
De ta voix, de tes pas
Ce qui a tant manqué aussi
A la Pachamama
Redonne-nous la vie !
Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 23:49

 

        Tout tremble jusqu'aux galaxies 

        De mon âme 

        A chaque fois, qu'au bout de tes doigts 

        Tu fais vibrer tes couleurs 

        En pétales de fleurs 

        L'univers fécondé se prend à rêver 

        De caresses insensées 

        O ces abeilles de tes doigts 

        Dans les vergers de mon coeur ! 

        O Sabine, rentre tes éclats de joie 

        Ces braises d'un feu toujours là 

        En moi ! 

        O viole mes lèvres 

        De tes fraises des bois 

        Le jour brille plus fort 

        A travers tout ce que tu déploies 

        O femme O Sabine 

        Dont la présence fait Loi ! 

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 17:32

 

Baisers du vent

Au long d'une journée

Caresses de la pluie

Allongeant ses tresses

Et le soleil lâchant ses lions

La terre ouvre son lit

Sans conditions

Autant d'amour à recevoir

De présence sans répit

La vie toujours recommencée

Comment ne pas mûrir en soi tant de beautés !

Mon corps déborde de moissons

Qui brillent jusque dans la nuit

Je ne compte plus mes granges

Pleines de tendresses infinies

Sous la lune ivre d'étoiles

Elle aussi

Tu es là...

Les montagnes bercent les nuages

Le temps a tes visages

Maquillés de passion

Derrière la plage de tes cils

Ton regard-océan

Met en abyme l'univers

Une rivière frémit de souvenirs enfouis

Mes prairies courent vers toi

Je t'aime.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 15:01

 

 

      

 
L’Humanité meurt sans cesse
Dans l’enfer d’Alep
Il n’y a plus de soleil, plus de lune
Mais des bombes, des armes sophistiquées
Il n’y a plus de jour, ni de nuit étoilée
Mais la poussière, le sang, la mort
Les enfants sont assassinés, l’innocence pulvérisée
ALEP JE CRIE TON NOM
La communauté internationale ne bouge pas
Le clown qui faisait rire les enfants
A été tué lui aussi
Dans les pays en paix on prépare les festivités
De fin d’année
Sans se soucier de la souffrance, de l’horreur
Vécues par tout un peuple !
Les marchands d’armes se frottent les mains
Il n’y a plus d’oiseaux dans le ciel d’Alep
Les arbres ( quand il en reste ) où ils se posaient
Sont défigurés
ALEP JE CRIE TON NOM
Il y a en toi des océans de douleurs
La Syrie est en feu
Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même
350 000 morts....400 000 ?
Des milliers de blessés, des milliers de torturés
Dans les prisons d’Assad le dictateur
Des millions de réfugiés
La terre saigne, le ciel brûle, l’eau est noire
Dans les pays en paix des millions de gens se pressent
Dans des arènes sportives ou dans des magasins pour oublier
De vivre, d’aimer MAIS SURTOUT pour fermer les yeux
Sur Alep et le peuple syrien en lutte pour sa liberté
ALEP JE CRIE TON NOM
Retrouverons-nous un jour le droit
De nous dire “humains” ?
Nous qui n’avons pas porté secours
A nos soeurs et frères d’Alep, de Syrie !
Après tant de bains de sang sur Gaia depuis des siècles
Aucune leçon n’a donc été tirée ?
Comment se tenir droit devant nos enfants ?
Comment justifier devant eux l’innommable ?
Cette non-assistance à peuple en danger, martyrisé !
ALEP JE CRIE TON NOM
Etre témoin de tant de crimes commis contre mes semblables
( humains mais aussi animaux... ) depuis l’aube des temps
Et ne rien faire...je ne peux pas ! ! !
Je suis hanté de telles blessures, de telles trahisons immenses
Ayant jalonné l’Histoire
Que l’amour universel auquel j’ai toujours cru ( par empathie
envers toute créature... ) ne connaîtra jamais de répit
Afin que la tendresse, l’écoute, un jour, pour toujours
Comblent de bienfaits insensés toute vie...
Y compris les prairies, les rivières, les sources
Les mers, les montagnes, frappées au coeur elles aussi !
ALEP JE CRIE TON NOM !
Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 16:59

 

 

     De toutes mes montagnes

     Meringues exquises parfumant l'azur

     J'emplis l'espace

     De cet amour auquel je crois

     Que la terre me donne

     Par ses champs en émoi

     Ses forêts murmurant leurs mystères

     De tous mes oiseaux je chante la beauté à vivre

     La tendresse des nids à la fourche d'instants graciles

     Je penche mes fougères géantes vers le berceau

     Où le faon rêve encore

     Mes feuillages s'accordent à chaque note d'ombre

     Et de lumière

     Pour des mélodies infinies

     Je crée le plus qu'il soit possible

     Les dimensions d'un amour s'ouvrant toujours

     Aux coeurs innocents

     Je tisse la mémoire vive

 

 

    

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 13:46

L’univers en soi porté

Enfant de l’amour

La vie qui se donne

A chérir plus que tout

Du plus profond de notre être

Abysses et Everests mêlés

Absolunes, absolaires

Pour un accord majeur

Fécondant mon corps, mon âme

Je suis enceint

J ‘aime toute créature

Bercée contre mon coeur

Depuis toujours, si bien que

Tout crime commis contre l’autre

Me dévaste...

Crimes contre mes soeurs, mes frères

Humains, animaux...Crimes contre Gaia, eaux, terres

Arbres, azurs...Je suis mort des milliards de fois

Sous les coups effarants d’humains qui me ressemblent...

Alors jusqu’où l’ENFER ? Jusqu’où la PERTE de tout ?

..................S..........I.......L.......E......N......C......E............

.......SI......LANCINANT..................................................

...........FERMER.....LES......YEUX...................................

........NE...........POUVOIR.......................CRIER..............

........SE........RECUEILLIR..............DANS....LES.....FORÊTS.....

Puis revenir combattre dans la solidarité, la convergence des luttes

J’aime unanimement

Cessons de morceler le monde par des pratiques insanes

Nous sommes UN

Faits d’âmes innombrables, de prairies étoilées, de galaxies

En fleurs

Rien ne nous sépare

Mon pays c’est l’amour envers l’autre

Quelle ( quel ) qu’elle ( qu’il ) soit

Je suis né dans les bras d’une chênaie

A l’écoute du vent égrenant l’alphabet des feuillages

La pluie allongeant le temps, les passions

De tous les points de l’horizon

Chaque goutte est un baiser

La mousse, les lichens épousent mes rochers

Mes vêtements ? Un foulard de rivière

Une plume bleue de Geai trouvée

Le long du chemin

Les sillons de la terre courent sous ma peau

J’habite l’immensité, ma maison

Mes faons sont libres

Ouvrant des paysages nouveaux à tout moment

Sous leurs pas.

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 17:57

Pour Adama Traoré, et à toutes les victimes des violences policières, des crimes d’Etat ;

à la Pachamama et ses enfants ( humains, animaux, arbres, rivières, montagnes, océans... )

victimes des guerres, de la misère, des pollutions, des prisons, des abattoirs, etc.

Tes mains telles des fleurs sauvages

Dans les miennes

Je ne les sentirai plus

Elles ne me seront plus d’aucun secours

Par leur velours, leur fermeté

Je les chercherai toujours

Comme des oiseaux chantant l’azur

D’une merveilleuse amitié

Cette magie de tes mains

Fougères vives

Tes mains, ces soleils

Ces pluies de sensations

Tes mains, deltas vers l’océan

De tous les possibles

Tes mains, champs de blé

Et tous leurs secrets déployés

Coquelicots si tendres

Au coeur de tes paumes

Envols de perdrix parmi les épis de tes doigts

Faisant briller le temps

Afin qu’il dure auprès de nous

Tes mains, cet accueil parfumé

D’innocence, au fil du don

De la solidarité, du partage

Dont nous avons tant besoin

Tes mains aux rivières agiles

Avec leurs criques, leurs îles rêveuses

Appelant un monde dénué de crimes

O terres sillonnées d’ardeurs

Toujours nouvelles !

Mains aux nervures de feuilles

Caressant l’horizon

Mains villages ouvrant leurs jardins

Leurs maisons, au passant, à l’étranger

O mains du bel accueil

Pour un acte d’amour intense

Fécondant l’éternité !

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 16:07

L’arbre en moi a tressé

Ses granges de couleurs

Jardins aux oiseaux

La joie partagée

Une terre parfumée d’ardeur

L’univers scintille de nids

Oasis tendres et secrets

Où la mémoire s’abreuve d’harmonie

De courbes savoureuses

O caresses infinies, tant espérées

Après des siècles d’Histoire grevée de tragédies !

Merci chers arbres du bel accueil

De vous soucier de nous

Humains, animaux, épris de vos prairies

De vos sources murmurantes

L’amour est là, jusqu’aux plus hautes branches

Offrant l’insondable à qui peut l’entendre

De son coeur d’enfaon

La promesse s’inscrit en soi

A la croisée des branches

D’un temps versant ses bienfaits

A chaque fenêtre fiancée à l’azur

Les feuillages dessinent des paysages

Où nos désirs se noient

Nous nageons de criques en abimes

Vers les seuils enfiévrés d’abeilles solaires !

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 12:34

C’est la révolte qui nous rassemble

Et nos visages s’éclairent

Des actions menées ensemble

A travers la solidarité

L’urgence d’un monde plus humain

De justice sociale, environnementale, de paix

Nous reprenons le pouvoir sur nos vies

Contre les 1% gouvernant la planète

La détruisant sans vergogne !

Nous voilà réunis pour le meilleur

La convergence des luttes, la joie

A bas les violences policières, les crimes d’Etat

Stop aux mensonges, la corruption !

On n’en peut plus d’être exploités

Les gens meurent au travail et

De ne pas avoir de travail

De cancers dus aux pollutions multiples

( pour le profit de multinationales du crime )

Nos frères et soeurs succombent en Méditerranée

En Syrie, en Palestine, au Soudan, au Tibet

( tandis qu’on nous gave de footballeurs surpayés

et leurs fans décérébrés ! )

Tout cela à cause d’un système capitaliste, machiste mortifère

Dont les décideurs sont les valets serviles

Alors combattons pour nos libertés

Notre dignité, nos droits ( et ceux de nos frères

et soeurs animaux... )

L’enfer sur Terre n’a que trop duré !

Levons-nous nuit et jour debouts !

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 23:23

L'arbre ne choisit pas

L'oiseau qu'il accueille

Mais ouvre ses bras

Vibre de toutes ses feuilles

Aussitôt qu'il reçoit

La visite d'un ange

Dans le partage et la joie

Sa maison est tendre

Comme une grange

Les réfugiés y ont leur place

Sans notion de patrie ou de race

Il y a tant d'oiseaux à venir

D'amour à vivre

A la droite, à la gauche

Du fleuve tressé d'écorce vive

L'arbre chante

La présence qui le fait

Eternel jardin

D'Eden retrouvé

Mariant ses fjords

A ceux du soleil

Unissant ses frises

A celles de la pluie

O Rayonnant labyrinthe

Cercle de jouvence !

L'arbre danse

Fêtant la venue

De ses invités

A chaque fenêtre

Le temps fait son nid

Un visage apparaît

Bercé par la lune

Les vergers étoilés !

Repost 0
Published by Voltuan
commenter cet article