Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : le blog poesielavieentiere
  • : À travers une poésie lyrique et engagée, il me semble urgent de témoigner de l'importance d'une parole profonde, vive et dense incarnée dans la vie de tous les jours en accord avec nos actes, afin de pallier l'absence à vivre de trop d'humains se satisfaisant de vivre tels des fantômes dans cette vie...Témoigner à partir de l'amour, de la mémoire, de l'innocence à vivre, au nom des peuples humains et animaux disparus et actuellement vivants, en peine d'harmonie.
  • Contact

Recherche

19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 16:22

 

 
On a décimé mes proches
Ma famille
De tous temps
Je suis en deuil depuis des siècles
Je pleure mes soeurs et frères
Toute créature victime d'infamie
( génocides, écocides, féminicides, etc. )
On n'a jamais su ce qu'aimer veut dire :
Etre attentif à l'autre, à toute vie
Au moindre de ses gestes innocents
Aux abimes d'actes entre les actes
Ce qui se loge dans l'impensable
Les interstices de chaque instant
Entre chaque pétale du jour, de la nuit
Palpitant sans cesse au fond de soi
Nos rivières d'infinis
Nos forêts enchantées
J'encourage derrière le vernis quotidien
Un amour qui ait du chien
Un amour d'hirondelle en joie
Un amour de baleine franche
Un amour de genêt chauffé à blanc
Par le soleil éclatant ses cosses
Un amour de rhinocéros bien rosse
Ne s'en laissant pas compter
Par Nature
Un amour d'ile nue jamais abordée
Un amour qui tienne au corps et à l'âme
Pour pallier la folie de tellement d'humains
Dressés sur leurs e(r)go(t)s
Les animaux ne causent pas autant de ravages
Sachons saborder les désirs de séduction
L'urgence est ailleurs
Je vis l'étreinte de l'eau, du vent, de la terre, du soleil
Du temps qui font leur nid en moi
Je mets au monde l'imperceptible, l'insensé
Tout être innocent est ma progéniture
Que je couve farouchement
Je n'obéis qu'aux chants des engoulevents
Aux montagnes et leurs robes escarcelles
Je suis le fils des vallons au coeur tendre
Des prairies chérissant leurs faons
Les vergers à papillons fondent ma loi
J'étoile ma mémoire à l'envi
Pour une empathie à foison
Je carde la laine d'une tendresse inouïe
L'amour est ma maison.

Partager cet article

Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 16:42

 

 
( Je dérobe sans cesse l'amour aux mensonges du vivre...Je veille toute vie humaine, animale, végétale, minérale...ma famille...depuis toute éternité à vivre....intensément....profondément.....lyriquement....lucidement.....fantastiquement.....solidairement....)
 
 
Afin de mieux te vivre, t'aimer
Je prends soin depuis toujours de ton Nom, ta Présence
Au prisme de la distance
Donnant à ta liberté un sens
Que s'affirme ton existence
Loin des conquérants drogués au pouvoir
Au sexe et à l'argent, violeurs, prédateurs
Criminels sur toute la ligne
Destructeurs de peuples, du climat et d'environnement
Haro oui au virus patriarcal le pire qui soit !
O ma soeur, mon frère que je chéris
Dans les deltas de mon âme
Que votre dignité soit faite
Sur la terre comme au ciel
Parmi les eaux et merveilles
J'ai pris fait et cause
Pour le bonheur de chaque être
A travers vous
Le regard que l'on porte sur les autres
Fonde leur dignité
Je veille mes familles humanimales
Une fratrie d'hirondelles appelle autant
Le respect qu'une assemblée politique
Ou domestique
Prenons le temps de considérer
Toute vie comme un Monde, une Voie
Vers l'infinie richesse
Sa beauté nous échoit
Au plus fort des jours, des nuits
Leurs possibles florissants
Ouvrant sans cesse nos coeurs épris
De dimensions nouvelles
Je suis l'obligé de la moindre créature
Sur Gaia et au-delà
Dont le bien-être est mon souci constant
Qu'elle ne manque de rien
Qu'elle n'ait ni faim ni froid
Ne soit pas perdue à l'amour universel
Qui nous lie
A l'écoute des plus lointaines étoiles
Faisant écho aux lucioles brillant
Au sein de nos forêts intimes !
Nul n'aurait jamais dû trahir cela
Cette mémoire vive veinée d'innocence
Sous la lune tendre rune
Nous nous rejoignons
Par nos aspirations communes
A oeuvrer pour le meilleur
A éprouver les plus infimes caresses
De l'eau, de la terre, du soleil, du vent
Quelle que soit l'heure
O noces fidèles à nos voeux
Nos miracles permanents !
On est ensemble, étreint
De la plus pure des façons
La loi d'un seul baiser nous inonde.

Partager cet article

Repost0
15 août 2020 6 15 /08 /août /2020 13:52

 

 
( à toute créature innocente de tous Temps....privée d'intentions vives et pures...à travers toi la femme...victime toi aussi d'un système patriarcal mortifère... )
 
Jour sans fin de ta présence
A chaque instant sublimée
Par le moindre de tes gestes
Empreint d'innocence
Ce que tu ne contrôles pas
Echappe à toute emprise
En toute grâce bienfaitrice
Rédimant les malheurs de l'Histoire
Jugulant l'enfer quotidien
A l'oeuvre depuis le premier meurtre
Scarifiant à l'envi ton coeur
Qui n'en peut mais
Devant l'amour bafoué
Etalé sur le lit de Procuste
Des instincts mimétiques
Réduisant la dimension de l'Autre
A sa portion congrue
Privé de dignité, de liberté
D'intégrité profonde
Quand je dis l'Autre
C'est n'importe quelle créature
Eprise de vie intense
Dès qu'elle vient au Monde
O toi ma soeur mon frère
Lovés en mon être profond
Que je chéris intensément
Sans restriction aucune
J'aime les attaches fines
De tes chevilles, ta nuque, tes poignets
Fins bois de bouleaux
Tendres ruisseaux
Chemins de douceur salvatrice
Où le temps fait son nid
O femme la plante de tes pieds
Caresse des gouffres de beauté
Le creux de tes bras, de tes genoux
Font briller des aurores
Il pleut il fait soleil
Ta chevelure fait chanter l'arc-en-ciel
Les pans de ta robe baisent les prairies
Le rayon de lune de ta natte
Longue comme une salamandre
Aiguise l'or du temps !
Ensemble nous déclarons
Solennellement et pour toujours
L'urgence réitérée
De la passion d'aimer !

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 13:28

 

 
Cela fait longtemps que
Je ne vois plus ton visage
Noyé par les tragédies de l'Histoire
De trahisons quotidiennes en
Corps mutilés
De féminicides en génocides
O ma soeur, mon frère
Aussi bien humain qu'animal
Comment te retrouver
Pallier tant de néant ensanglanté
D'absence insondable
Sinon par une présence solidaire
Insatiable
Une tendresse incommensurable
Sans cesse je convoque ton Nom
Ta venue, quelle que soit l'heure
Il n'y a pas d'autre issue
Que l'amour, l'écoute
L'inexorable douceur du jour sur ta peau
Cette soie vive d'i-celle jusque
Dans l'imperceptible, l'impensable
Ce qui ne se voit pas dès l'abord
Echappe au plus grand nombre
L'influence de tes actes, tes choix
Au bord de l'indicible à venir
Lorsque tu te vêts
D'étoffe océane, de forêts
Berçant le temps qui se ramifie
A travers l'innocence d'une attitude
D'un regard
Tu te chausses ô femme
Et dans ce geste insouciant
Je jouis de cette sensualité
Tellement Gaia a manqué de toi
De ta liberté, tes droits
De la grâce de tes étés
Tu me chausses
Je suis plaqué contre les parois
De l'innommé
Fécondé par tes pouvoirs
Imprégné de tes influences
A chacun de tes pas
Epousant l'infini à vivre
Tu mets au monde la beauté
Mes jardins fleurissent au son de ta voix
Tu marches, les arbres dansent avec toi
Vos bras libèrent des oiseaux
Je rêve aux astres de tes seins
C'est la RéLoVution !

Partager cet article

Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 20:15

 

 
( La trahison de l'innocence est la cause des malheurs du Monde...c'est un crime incommensurable.../ Voltuan )
 
Ce qu'aux vivants nous n'aurons pas dit
Par manque d'attention vive et dense
Ce qu'aux morts nous aurons menti
En les oubliant dans le néant quotidien
La Nature y pallie, comblant nos erreurs
Par toutes ses réalisations, ses langages
Pluie, soleil, terre, vent, animaux
Sont nos confidents journaliers
Nos familles d'accueil
La prairie fourmille de coquelicots
Comme autant de baisers à l'azur
Les chemins creux recèlent des secrets
Entre les racines d'arbres, leurs branches
Berçant les infinis qui nous constituent
Nous sommes Un !
Une merlette fait son nid dans notre coeur
L'inouï nous oblige à veiller toute vie
De ses doigts, ses pas, ses yeux, la pluie
Imprime sa tendresse à l'envi
Nul n'est oublié
De sa voix, sa chevelure, ses lanières
D'intentions pures, l'eau comble
Le moindre interstice de sa présence suprême
Chaque instant en fleurs
Est source de beauté
Le temps en nous anime
Ses feuillages, ses mousses
Etend l'immensité à vivre
De ses gestes simples et nus
La pluie nous rend à nous-mêmes
Elle nous révèle grain à grain
Goutte à goutte, multipliant
Ses nuances, les dimensions de l'innocence
Lorsque soudain le soleil la rejoint
Ils font l'amour
Mettant au monde l'arc-en-ciel
Qui nous étreint de couleurs vives !
L'amour n'a jamais dit son dernier mot.

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 10:39

 

Justice for George Floyd, Adama Traoré and all the others

The day is bleeding
Nothingness lacerates our hearts
You are no longer ... murdered by a monster
A racist, a sadistic, criminal policeman
How many are they still ready to act
With a president who stirs up hatred, violence!
Hell never ends on Earth
We miss you, you miss your loved ones
Your friends
Neither forgetting nor forgiveness
How can I live without you ?
To have killed you, to kill always, to kill again
It’s killing everything related to humans
In us, always
The world is in blood, devastated
The starry vault is struck right in the heart
There were all these murders, these genocides
These rapes, these slaveries, these infamies
That we don't count anymore
There was Michael Brown before you
Eric Gardner, Tamir Rice
Keith Lamont Scott, Trayvor Martin
All victims of racist crimes
Without forgetting Martin Luther King
Malcom X, the list goes on and on
The nameless horror
Tragedies succeeding tragedies
Massacres in high schools
The nightclubs frequented by our brothers
Our LGBTQI sisters
And feminicides everywhere
On the planet
Environmental crimes
Every creature, innocent life
I think of you George
Like a brother, I miss you
I have pain everywhere in me
You felt yourself dying, whispering "I can't breathe"
Many times ... many of us demand
Justice for you and everyone else
Black Lives Matter
I tell you my brother
One day forever love will win
Love wins

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 10:02

 

Justice pour George Floyd, Adama Traoré et tous les autres 

 

Le jour saigne
Le néant lacère nos coeurs
Tu n'es plus...assassiné par un monstre
Un raciste, un policier sadique, criminel
Combien sont-ils encore prêts à passer à l'acte
Avec un président qui attise la haine, la violence !
L'Enfer n'en finit pas sur Terre
Tu nous manques, tu manques à tes proches
Tes amis-e-s
Ni oubli ni pardon
Comment vivre sans toi ?
T'avoir tué, tuer toujours, tuer encore
C'est tuer tout ce qui touche à l'humain
En nous, depuis toujours
Le Monde est en sang, dévasté
La voûte étoilée est frappée en plein coeur
Il y a eu tous ces meurtres, ces génocides
Ces viols, ces esclavages, ces infamies
Qu'on ne compte plus
Il y a eu avant toi Michael Brown
Eric Gardner, Tamir Rice
Keith Lamont Scott, Trayvor Martin
Tous victimes de crimes racistes
Sans oublier Martin Luther King
Malcom X, la liste n'en finit pas
L'horreur sans nom
Tragédies succédant aux tragédies
Les massacres dans les lycées
Les boites de nuits fréquentées par nos frères
Nos soeurs LGBTQI
Et les feminicides partout
Sur la planète
Les crimes contre l'environnement
Toute créature, la vie innocente
Je pense à toi George
Comme à un frère, tu me manques
J'ai mal partout en moi
Tu t'es senti mourir, en murmurant "I can't breathe"
Plusieurs fois...nous sommes nombreux nombreuses à exiger
Justice pour toi et tous les autres
Black Lives Matter
Je te le dis mon frère
Un jour pour toujours l'amour vaincra
Love Wins
 
 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 20:51

 

 
( Il est un pays de pain, de miel et d'eau où
toute parole, tout regard échangés, font de sentiments
fugitifs d'éternelles offrandes.../ Voltuan )
 
En lisière de bois
L'écume de jours nouveaux
Jouvence aux doigts agiles
Frise faisant mystère
D'infinis à vivre
Essaims de douceur
Au seuil messager
Promesses d'autres dimensions
Trame à secret
Quand le temps hésite
Fleurit au moindre souffle
S'immisce dans les talus
Les fougères enchevêtrées
Au son des cosses des genêts
Que le soleil inonde
Lors tout advient
Entre le champ et la forêt
Dans un accord profond
A marée basse pour lui
A marée haute la concernant
Sur la ligne de crête
Du chemin aux mûres les unissant
Herbes, feuillages se frôlant
Au fil des chuchotis
De l'un à l'autre
Parfumés d'innocence
C'est toujours la première fois
L'Origine du Monde
On tremble de trop donner
Les corps palpitent
Un chant de buse
Accompagne les amants
O noces de la terre et du ciel !
 

Partager cet article

Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 11:02

 

( L'Humanité n'aurait jamais dû trahir la notion d'Amour sacré 
de Nature sacrée.../ Voltuan ) 

 

Autour du faon 
Epousant la prairie 
Lové sur l'infini à vivre 
Toute mémoire vive 
Les yeux noyés d'aube et de nuit 
Veillent des sources 
Les herbes entrecroisent leurs murmures 
Un vallon fait le guet 
L'amour ruisselle 
Pour une petite étoile 
L'innocence sur la Terre
Fleurissant le temps 
Partageant l'espace entre chaque créature 
Avec égards 
Le silence frissonne de toutes ses neiges 
Unissant le châle des montagnes 
Une écoute profonde sauve 
Les âmes en peine 
Les forêts se rassemblent 
Fées près du berceau 
Où l'ange rêve encore 
D'une Histoire sans meurtres 
Ni tapis rouge du sang 
De sa fratrie comme de toute autre vie 
L'être nouveau-né tremble pour toi et moi
Puisqu'il nous ressemble 
De toute son âme éprouvant 
Les mystères de l'univers 
Il croit aux frondaisons, aux saisons 
Interrogeant le langage des buissons 
Des fougères en dentelles 
Du lierre déployant ses rubans 
Rien n'est mineur tout au long d'une journée 
Les paysages en nombre 
Dévoilent des visages 
Selon les mascarets d'ombres 
En lumières 
Joues, lèvres, commissures des yeux
Caressés par les vents
Les paumes du soleil, cheveux de lune 
O baisers pleins 
Harmonies renouvelées 
Mosaïques d'horizons 
Méandres ouvrant sur d'autres dimensions ! 
Les chants de Gaia nous inondent.

 
 

Partager cet article

Repost0
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 13:49

 

 
Célébrer la femme - toute vie à travers elle - c'est
restituer à la Création son centre et son immensité ! Lui écrire
c'est juguler la trahison perpétuelle : de la mémoire ( à savoir : la Pierre Philosophale ) du mystère des êtres ( leur densité )
tant humains qu'animaux, de l'innocence ( l'héritage de l'enfance ). Voltuan.
 
Je natte le pain chaud
De l'attente
Silence qui tient au corps
L'instant aiguisé rougeoie
Braise à mémoire
Lovée en mon sein
Toute créature est mon enfant
Que je berce dans mes lits de fougères
Nulle trace de génocides, d'écocides, de misères
Mais un havre tissé d'émois
Une parole plus profonde
Que de coutume
L'ardente odeur des sous-bois
Anime nos échanges
Les arbres étendent leur corolle
Chinée d'îles-nids
Où chante la confiance
Tout se fait jour
D'un bord à l'autre de l'innocence
L'amour est une danse
Et je vogue
D'étoiles célestes en toiles d'araignées si lestes
Goûtant une rosée millésimée
Le moindre acte d'une femme
Féconde mes univers
Ses intentions luisent sous la lune
Gerbes frangées d'or
Lucioles à coeur perdu
Caressant l'espace orphique
Nos granges sont remplies de tendresse
Nos ruches foisonnent de baisers
Pour toutes vies qui en furent privées
Jusqu'à la lie
Le visage défait
Au-delà de tout
Offrons à chacun(e) une prévenance
Sans pareille
La soie attentive de l'eau
Des clairières au goût d'airelles
La ronde enfantine des mousses
Quelques jupes coquelicots
Les robes des forêts frôlant
Les champs fidèles à tant d'oracles
Nos neiges éternelles maquillent
Les lacs de montagne choyés eux aussi
O pain tressé de l'amour !
 
 

Partager cet article

Repost0