Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog poesielavieentiere
  •   le blog poesielavieentiere
  • : À travers une poésie lyrique et engagée, il me semble urgent de témoigner de l'importance d'une parole profonde, vive et dense incarnée dans la vie de tous les jours en accord avec nos actes, afin de pallier l'absence à vivre de trop d'humains se satisfaisant de vivre tels des fantômes dans cette vie...Témoigner à partir de l'amour, de la mémoire, de l'innocence à vivre, au nom des peuples humains et animaux disparus et actuellement vivants, en peine d'harmonie.
  • Contact

Recherche

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 16:12



            Contre la pente ombrée de tes gestes,

            Les vents s'émeuvent doucement,

            Sens-tu l'appel de l'ange innocent,

            Frôlant ton épaule d'une main leste ?

            Quand le printemps renouvelle ses baisers,
            L'amour est doux au ventre de l'écureuil,
            Des îles bleues surgissent entre les feuilles,
            On nous parle d'Eden enfin restitué...

            Tes pieds nus font jaillir les sources,
            Les champs de l'Amour sont immenses,
            De bourgeons en pétales, les vergers mènent la danse,
            Ô villages de ton Nom, où les hirondelles font la course !

            Nous croyons atteindre le réel,
            Mais les évènements nous dépassent,
            Au coeur des forêts, c'est toi que j'embrasse,
            Bercé par ta robe au goût d'airelles,

            Ô toi que j'aime à en mourir !
            D'un Amour qui ne dit pas son nom,
            Je te célèbre en toutes saisons,
            A tes genoux je ne sais plus que dire,

            Mais comment te rejoindre vraiment ?
            Alors que l'Histoire se répète...
            Il nous aurait fallu vivre autrement,
            Offrir à tous des chemins de fête,

            Or, tant de crimes survenus,
            T'ont repoussé au loin ma mie,
            Laissant place aux guerres, aux maladies,
            En niant l'Autre, c'est Toi que l'on tue !

            Si je suis là aujourd'hui devant toi,
            C'est pour te porter ce message brûlant,
            Des disparus en moi toujours présents,
            Troublés eux aussi par tes doigts délicats,

            Ensemble nous rêvons à ta chevelure,
            Fenêtre ouvrant sur le désir,
            Tes tresses creusent des sillons dans l'azur,
            L'univers vibre sous ton empire !

            Chaque être porte en lui le monde,
            Je suis enceint de moult créatures,
            Leurs paysages en moi abondent,
            Entre leurs mains bat mon coeur, ce fruit mûr...

Partager cet article

Repost 0

commentaires