Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog poesielavieentiere
  •   le blog poesielavieentiere
  • : À travers une poésie lyrique et engagée, il me semble urgent de témoigner de l'importance d'une parole profonde, vive et dense incarnée dans la vie de tous les jours en accord avec nos actes, afin de pallier l'absence à vivre de trop d'humains se satisfaisant de vivre tels des fantômes dans cette vie...Témoigner à partir de l'amour, de la mémoire, de l'innocence à vivre, au nom des peuples humains et animaux disparus et actuellement vivants, en peine d'harmonie.
  • Contact

Recherche

17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 16:40


      Ô femme, que tu te fasses entendre !
      Après ces millénaires d'absence,
      La litanie des guerres, exilant l'innocence,
      Misères, pollutions, précipitant les drames,

      Que tu te manifestes ô femme !
      Il n'y a pas eu assez de tes choix sur la Terre,
      On a manqué de toi, à travers tant d'univers,
      Le jeu des apparences appauvrisant les âmes,

      Il était nécessaire pour l'homme-fleur, de t'attendre,
      En t'attribuant mille cent mystères,
      Une richesse infinie de méandres,
      Toi dont je chante une à une les rivières...

      Ô femme, enfonce loin les socs de tes pieds,
      Sur les tuiles d'argile tendre des chemins !
      Sculpte, ravive les étés,
      Promène en tous lieux tes mains,
      Que claquent les voiles de tes cheveux,
      Ton amour brille en chaque verger !

      Recouvre-nous d'océans, de forêts,
      Lance tes oiseaux dans l'azur,
      Enlace-nous de gestes purs,
      Maints peuples en moi réclament ta rosée...

      Ta robe est une bergerie,
      Où neige une douce confiance,
      Les enchantements multiplient ta présence,
      Ce dont rêvent des créatures amies,

      Ta robe, dans le chaos de l'Histoire,
      Est cette lampe qui s'allume,
      Repoussant au loin l'infortune,
      Ta robe est gage de mémoire...

      Sans que tu le saches,
      La vie rayonne en cercles chauds,
     J'aime quand ta robe se fâche,
      Provoquant en moi moult sursauts,

     Ta robe donne le la,
     Etoilant les sentiers de l'air,
     Elle rassemble l'univers,
     A chacun de tes pas,

     Tu dévoiles de merveilleux sous-bois,
     M'éclaboussant de nuits, de jours,
     Les feuillages font l'amour,
     Je suis traversé de Juras,

     Ta robe, ce langage...Ô ravins de Juillets !
     Corbeilles pour fruits d'orages,
     Tous ces villages animés,
     Clairières et bocages,

     Robes fougères flagellantes,
     Vagues vertes, fjords bleus,
     Goélands déliant les cieux,
     Robes, nos Pyrénées caressantes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires